Une vérité qui dérange : pourquoi on peut faire tout aussi bien avec la moitié du personnel

Les grandes entreprises technologiques ont déjà annoncé 47.000 licenciements cette année, alors que 2022 était déjà un bain de sang. C’est un cas intéressant parce que nous n’entendons parler aujourd’hui que de pénurie de personnel. En attendant, tous ces services continueront à fonctionner. Beaucoup de travailleurs et de cadres diront, à juste titre, que c’est parce que tout le fardeau repose sur les épaules des restants. Mais se pourrait-il que nous soyons tous devenus extrêmement inefficaces ? Les chiffres l’indiquent déjà.

Musk est, bien sûr, à nouveau le premier…

Comme toujours, Elon Musk est le porte-drapeau. Alors que Google se sépare de 12.000 personnes sur un total de 150.000, soit un bon 8 %, Microsoft en met 10.000 sur 220.000 à la porte, soit un peu moins de 5 %. Meta licencie quant à lui 11.000 personnes sur 70.000, soit un bon 13 %. Chez Twitter, c’est beaucoup plus extrême. Musk a réduit les effectifs de 7.500 à 1.900 personnes, dont seulement 550 ingénieurs à temps plein. Il a donc licencié ou poussé vers la porte 75 % du personnel !

Mais c’est encore plus punitif

Après tout, il n’y a que 2 possibilités :

  • On augmente l’efficacité, ce qui signifie faire la même chose avec moins de personnes.
  • Ou bien, on essaie d’augmenter la productivité en réalisant plus de choses avec le même nombre d’employés.

Musk combine les deux. Alors que Twitter est toujours opérationnel jusqu’à nouvel ordre, Musk a lancé une innovation après l’autre après que le réseau social soit resté immobile pendant 10 ans. Il a donc réussi à offrir encore plus avec 25% du personnel présent jusqu’ici.

Nous perdons notre temps dans des activités inutiles

On ne peut s’empêcher de se demander comment cela est possible. La raison est évidente, mais impopulaire. Les employés, principalement les cols blancs et les cadres, n’aimeront pas l’entendre. La plupart perdent leur temps dans des activités qui n’ont rien à voir avec leur travail. Une enquête à grande échelle menée auprès de 2.000 travailleurs au Royaume-Uni a révélé que nous passons un peu moins de 3 heures à être productifs sur les 8 heures de travail que compte une journée. Les activités suivantes occupent le reste du temps, allant de la lecture de sites d’information à la préparation du dîner.

Activités professionnelles non liées, selon l’enquête:

  • Consultation des médias sociaux – 47%
  • Lecture de sites Web d’actualités – 45%
  • Discuter des activités en dehors du travail avec des collègues – 38%
  • Préparer des boissons chaudes – 31 %
  • Pauses fumeurs – 28 %
  • Messagerie texte/instantanée – 27 %
  • Manger des collations – 25 %
  • Préparer de la nourriture au bureau – 24 %
  • Passer des appels à un partenaire/amis – 24 %
  • Rechercher de nouveaux emplois – 19 %

Interruptions constantes

De plus, nous ne pouvons pas nous concentrer au travail. Le travailleur moyen est interrompu toutes les 3 minutes. Le cerveau a du mal à faire face à cette situation, et il faut parfois 23 minutes avant que la personne ne retrouve le rythme pour continuer à travailler. Ainsi, la journée entière est une suite de démarrages et d’arrêts continus et extrêmement inefficaces.

Les managers en remettent une couche

Comme si cela ne suffisait pas, les managers ajoutent une couche supplémentaire de réunions qui ne contribuent absolument pas au travail. Ils font cela pour affirmer leur propre autorité, ou pour montrer qu’ils sont sociaux et communiquent activement. Pourtant, la plupart d’entre nous peuvent en témoigner, une réunion est rarement productive. Et par définition, elles prennent déjà trop de temps.

Selon une étude du célèbre Massachusetts Institute of Technology, les managers d’aujourd’hui passent 23 heures par semaine en réunion ! C’est une augmentation de 10 heures par rapport aux années 1960.

Un environnement de travail difficile : est-ce encore acceptable ?

Avec Musk, la question se pose de savoir si un régime aussi dur est justifié. Il y a en effet des limites à la décence et le Sud-Africain les piétine avec régularité. En revanche, les employés travaillant directement sous ses ordres diront toujours qu’ils n’ont jamais été aussi inspirés. En tout cas, il ne marquera pas de points auprès de la brigade woke, mais efficace, il l’est.

S’il cesse de réprimander les annonceurs, Twitter pourrait bien devenir la société de médias la plus prolifique de l’histoire. Comme le dit l’Uber-investisseur Peter Thiel : « Ne jamais parier contre Elon. »

De plus, il démontre ce que nous n’aimons pas entendre. Le travail est devenu un passe-temps pour remplir la journée et la motivation pour travailler est bien loin. Les entreprises, ainsi que les employés, feraient mieux d’y réfléchir. Après tout, nous passons une grande partie de notre vie au bureau. Peut-être qu’une semaine de travail de 15 heures, sans smartphones et autres distractions, effectuée de manière efficace et productive, pourrait être la solution pour que nous puissions faire toutes ces autres activités en dehors du travail.


Xavier Verellen est un auteur et un entrepreneur (www.qelviq.com)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20