Transition énergétique : « 160 milliards de dollars de nouveaux investissements sont nécessaires pour ne plus dépendre de la Chine »

Pour que la transition énergétique réussisse, de nombreux espoirs occidentaux reposent sur les épaules des fabricants de batteries chinois. Ce serait pourtant la mauvaise piste à emprunter, affirment les analystes de la banque d’investissement américaine Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce important ?

La Chine produit environ 80% de toutes les batteries lithium-ion (et un total de trois quarts de toutes les batteries) dans le monde. La première technologie est considérée comme essentielle pour la production de voitures électriques, et donc pour le succès de la transition verte. Mais si la guerre en Ukraine a prouvé une chose, c'est que l'Occident ferait mieux de ne pas sous-traiter ses approvisionnements énergétiques à des régimes autoritaires.

Dans l'actu : dans un rapport d'investissement envoyé aux clients, auquel le journal économique Financial Times (FT) a eu accès, les analystes de Goldman Sachs suggèrent qu'une énorme vague d'investissements par des entreprises non chinoises pourrait libérer l'Occident de sa dépendance vis-à-vis de Pékin d'ici 2030. Cela devrait avoir lieu en combinaison avec de fortes mesures protectionnistes de la part de Washington et de Bruxelles.

Les détails : selon le rapport, les rivaux

Cet article premium est réservé aux abonnés
Devenez un abonné et obtenez un accès immédiat et illimité à tous les articles. Maintenant à partir de 1,99€/mois.

Oui, je veux avoir accès à tous les articles premium
Peut être annulé à tout moment
Déjà abonné ? Connectez-vous .
Plus d'articles Premium
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20