Test – Samsung TV QE55S95B : une nouvelle technologie d’affichage éblouissante qui a un prix

Premier téléviseur de Samsung à exploiter la technologie QD-OLED, le très sobrement baptisé QE55S95B profite des avantages des deux mondes, à savoir un pic de luminosité élevé – hérité du Quantum Dot (QD) – et un contraste poussé à l’extrême – assuré par l’OLED. L’expérience promise laisse rêveur, mais se limite-t-elle seulement à un rêve ? Vendu environ 2000 €, on est en droit de l’espérer.

Samsung.

Un très bel objet

Cadre extrêmement fin, pied central robuste et minimaliste, le téléviseur Samsung QE55S95B est un très bel objet, à la fois moderne et sophistiqué qui se fondra dans n’importe quel environnement intérieur.

L’écran d’une résolution de 3.840 x 2.160 recouvre la presque totalité de la surface, seule une bande noire d’environ 5 mm ne le sépare du cadre de 2 mm argenté. Le résultat est très appréciable, même si on note tout de même un bémol.

On observe en effet un léger espace entre le cadre et l’écran aux quatre coins, pour une raison qui nous est inconnue. Un manque de finitions poussées qui fait tâche sur un appareil vendu tout de même près de 2.000 €.

Crédit : JM

Celles et ceux qui n’auraient pas peur de recevoir une facture d’énergie salée pourraient même l’utiliser comme un élément de déco puisque l’appareil peut afficher des images et des animations lorsqu’il se met en veille. On notera d’ailleurs que la télévision est classée G en terme de consommation d’énergie.

Une qualité d’image bluffante

Bien qu’il ne soit pas le premier, le téléviseur Samsung QE55S95B profite de la technologie QD-OLED qui exploite les avantages de l’OLED et du QLED, afin d’offrir une qualité d’image toujours plus poussée. En plus d’offrir une luminosité élevée, ainsi que des noirs profonds, cette technologie lui permet d’afficher un plus large panel de couleurs, tout en offrant un angle de vision élargi.

Ainsi, que l’on soit de face, décalé ou totalement de côté, la qualité d’image reste la même. Les couleurs sont parfaitement vives et les noirs tout aussi profonds, il n’y a aucune perte d’intensité grâce au panneau Quantum Dots. Même les contenus SD semblent de meilleure qualité, avec des détails plus précis.  

Ajoutez à cela un filtre antireflet particulièrement efficace qui permet de profiter pleinement de l’écran, en faisant oublier les petites et moyennes sources de lumière.

En résumé, les images affichées par le téléviseur de Samsung sont d’une beauté époustouflante, à la fois réaliste et d’une grande profondeur de champ. Dès les premiers instants, nous avons été subjugués par la qualité d’image, surtout lorsque le mode Intelligent est activé.

Crédit: JM

Celui-ci permet d’adapter luminosité de l’écran à l’environnement dans lequel il se trouve. Ainsi, s’il fait par exemple très clair, l’écran fera en sorte que les éléments sombres soient tout de même visibles. Un mode à réserver à ses soirées cinéma puisqu’il consomme plus d’énergie.

Un son audio appréciable

À l’excellente expérience visuelle viennent s’ajouter des performances audio tout aussi excellentes. Le système audio du téléviseur (2.2.2) est composé de deux haut-parleurs principaux, de deux plafonniers et de deux caissons de basse, chacun de 10 W. Le spectre de couverture audio est assez large, venant ainsi souligner l’angle élargi permettant une expérience idéale.

On apprécie tout particulièrement le détachement des voix par rapport au reste de la scène.

Une interface soignée

Crédit : JM

Enfin, le téléviseur embarque la nouvelle version du système de divertissement de Samsung, Tizen. L’interface est plaisante, lisible et personnalisable à certains niveaux. Naviguer à travers est en un vrai jeu d’enfant, le processeur offre en effet une réactivité impressionnante tant pour la navigation que pour le lancement des services de streaming.

Ces derniers possèdent d’ailleurs leur propre raccourci et sont proposés sur la page d’accueil dès le premier allumage de l’appareil.

Un point sombre pour la télécommande

Dernier point, la télécommande fournie avec la télévision est alimentée par une batterie qui peut se recharger de trois manières : via une prise USB-C, un panneau solaire placé sur son dos et par ondes Wi-Fi. De quoi ne jamais tomber en panne.

Crédit : JM

On notera qu’un smartphone peut parfaitement s’y substituer.

Épurée, la télécommande n’en reste pas moins ergonomique. Elle ne présente en effet que peu de boutons – dont des raccourcis à Netflix, Samsung TV, Prime Video et Disney+, mais reste pourtant très simple d’utilisation et très efficace. On regrette cependant l’iabsence du rétroéclairage qui aurait été un vrai plus.

Conclusion

En exploitant la technologie QD-OLED, Samsung rassemble le meilleur de l’OLED et du QLED dans une télévision. L’expérience visuelle proposée par la QE55S95B est époustouflante; panel de couleurs trsè large, angles de visions élargis, luminosité élevée et noirs profonds. De quoi profiter au maximum et avec un réalisme poussé de films et séries, mais aussi de compétitions sportives ou encore de jeux vidéo, grâce notamment à différents modes d’affichage. Quant au mode intelligent qui adapte, entre autres, la luminosité de l’écran à son environnement, nous avons été agréablement surpris. C’est véritablement un plus pour l’expérience utilisateur. Encore faut-il ne pas avoir peur d’une facture d’électricité salée. Le mode consomme en effet davantage d’énergie. La partie audio ne dénote absolument pas avec l’image puisqu’elle assure parfaitement le boulot. Enfin, l’interface est simple d’utilisation et bien pensée, de même que la télécommande fournie, même si le rétroéclairage n’aurait pas été de refus. Des bons points qui ont tout de même un prix et c’est certainement le point faible du téléviseur Samsung QE55S95B. Comptez environ 2000 €. À ce prix-là, on est en droit de s’attendre à une expérience au top. Et heureusement, le sud-coréen ne déçoit pas.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20