Rocket Lab s’impose discrètement comme un concurrent redoutable pour SpaceX et Blue Origin

La société spatiale américaine Rocket Lab a lancé une fusée dans l’espace pour la 30e fois ce jeudi. Pour une compagnie qui n’exploite des vols que depuis quatre ans, il s’agit d’une étape importante.

La société a envoyé pour la première fois une charge de fret dans l’espace en janvier 2018 avec un vol d’essai depuis son pas de tir privé en Nouvelle-Zélande. Et ce n’était pas le premier vol d’essai de la société, mais bien la première fois qu’elle mettait des satellites en orbite. Une deuxième première est que c’était la première fois dans l’histoire qu’une fusée était lancée à partir d’un pas de tir commercial.

Entre-temps, Rocket Lab a plus que fait ses preuves. Jeudi, l’entreprise a lancé la mission « The Owl Spreads Its Wings », soit « le hibou déploie ses ailes », vers l’espace avec peu de fanfare. Bien qu’il s’agisse d’un vol de routine, c’est toujours un moment spécial : c’était la 30e fois que Rocket Lab transportait des marchandises dans l’espace, et elle a au total mis 150 satellites en orbite. Deux de ces missions ont toutefois échoué.

Réutilisation

Rocket Lab, cotée à la bourse américaine Nasdaq, a été fondée en Nouvelle-Zélande en 2006 par l’homme d’affaires Peter Beck. Depuis lors, la société travaille sur de petites fusées afin de rendre les voyages dans l’espace plus accessibles en proposant des vols relativement peu coûteux.

Elle a finalement développé l’Electron, une fusée à deux étages qui, contrairement aux grandes fusées de SpaceX et de Blue Origin, ne peut emporter que des charges utiles de quelques centaines de kilogrammes seulement. Une différence majeure avec ces entreprises, cependant, est que le premier étage de la fusée Electron ne peut pas atterrir et ne peut donc pas être réutilisé.

Rocket Lab a toutefois déjà réussi à les récupérer deux fois après un vol et souhaite les rendre réutilisables à l’avenir. En mai, l’entreprise a également réalisé une première : elle a tenté d’attraper un étage de fusée en plein vol avec un hélicoptère. Celui-ci a presque réussi, mais le pilote a dû larguer la charge utile. On peut toujours la retrouver plus tard.

De plus en plus ambitieux

Mais la réutilisation des fusées Electron n’est pas la seule piste explorée par Rocket Lab. Elle est également occupée à développer la Neutron, une fusée plus grande qui peut projeter jusqu’à 8 tonnes dans l’espace. ces nouvelles fusées seront réutilisables dès le départ et serviront principalement à lancer des satellites. Rocket Lab prévoit de mettre ces véhicules en service à partir de 2024.

Entretemps, l’entreprise est également active sur d’autres fronts. Par exemple, Rocket Lab prévoit de lancer bientôt sa première sonde privée vers Vénus, afin d’étudier l’éventuelle présence de gaz formés par des processus biologiques. Elle a également mis au point sa propre navette spatiale, le Photon, qui a déjà été utilisée par la NASA pour lancer une mission non habitée sur la lune.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20