Pourquoi l’histoire du prince Harry est un best-seller fou et ce que cela dit de notre société

Les chiffres de ces derniers mois en disent long. Dans le monde du livre, du cinéma, de la télévision et des jeux vidéo, les méga-succès sont autant de productions qui nous éloignent de la réalité et nous offrent un répit dans notre quotidien. Par conséquent, les créatifs dotés d’une grande imagination s’épanouissent comme jamais auparavant et les téléspectateurs, les lecteurs ou les joueurs se laissent séduire en masse par ces histoires imaginaires, même si elles proviennent d’un prince réel. La question se pose de savoir si cette évasion n’est pas devenue incontrôlable.

Il est quelque peu ironique que seul l’apprenti sorcier Harry Potter, de l’écrivaine J.K. Rowling, ait connu un lancement plus fort que « Spare », l’histoire du paria Harry, le duc de Sussex. Tous deux sont des contes de fées avec des châteaux, des méchants, des voyous et, au centre, un héros incompris. Les deux sont aussi des histoires de mondes dont nous sommes très éloignés, qui n’ont rien à voir avec les réalités et les corvées quotidiennes de la vie. Alors que J.K. Rowling nous a conduits à Poudlard, le prince Harry nous fait découvrir les tenants et les aboutissants du château de Windsor, un monde tout aussi bizarre et irréaliste.

L’évasion fait vendre

L’industrie du divertissement, qui ne compte qu’une partie du monde du livre aujourd’hui, sait plus que jamais qu’une évasion de sa propre réalité garantit les revenus les plus élevés.

  • Dans le monde du livre, les titres les plus vendus au cours des 50 dernières années ont été des histoires épiques. 500 millions de livres se sont envolés pour la saga comprenant Le Prince de Sang-Mêlé et 150 millions d’exemplaires de la saga Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien.
  • Dans le monde du cinéma, le monde imaginaire d’Avatar a battu tous les records existants, mais les succès de Marvel avec Iron Man et les X-men battent également des records.
  • Le monde des jeux vidéo est une succession de paysages et d’histoires irréels dans lesquels, de plus, vous pouvez souvent jouer vous-même le héros de votre propre histoire. Overwatch, God of War Ragnarok ou Call of Duty ne cessent de se développer.
  • Sur Netflix aujourd’hui, les intrigues les plus bizarres comme Stranger Things tapent des scores. Bien que tourné dans un contexte réel, il traite principalement d’expériences d’un autre monde. Cette série culte bat tous les records sur Netflix aujourd’hui.
  • Même dans le monde des affaires, il semble que d’ici quelques années, nous rejoindrons tous un métavers où nous jouerons un personnage et ne devrons plus interagir physiquement avec le monde qui nous entoure.

Un besoin profondément humain

Il est clair que le besoin d’échapper à la réalité existante n’a jamais été aussi fort chez une très grande partie de la population. Bien sûr, ce besoin a une raison psychologique profonde et a toujours existé, depuis l’aube de la race humaine. Les Grecs aussi chérissaient leurs mythes.

Cependant, la raison qui la sous-tend est assez complexe et a été formulée par le philosophe norvégien Peter Wessel Zapffe dans son livre « Le dernier messie » dans les années 1930. Il a développé la théorie du cerveau humain « surdéveloppé », conséquence du fait que nous sommes la seule créature à avoir « trop » de conscience. Les animaux ont une liste de priorités très simple qui se limite aux besoins quotidiens.

Cependant, notre cerveau humain est si développé que nous avons une compréhension de nous-mêmes et pouvons nous développer. Nous sommes conscients de la vie et de la mort et nous arrivons presque toujours à la conclusion que la vie n’est vraiment pas un cadeau. Comme le dit si bien Yuval Noah Harari, « l’homme n’a pas la capacité d’être heureux ». Nous passons donc la plupart de notre temps à essayer de ne pas être « humains » en fuyant, un vrai paradoxe.

Zapffe a donné 4 techniques sur la façon dont nous tentons de vivre avec cela :

  • via l’isolement, où nous essayons de bannir toutes les pensées négatives et conscientes et de nous retirer de notre propre conscience.
  • via la sublimation en s’évadant dans des formes d’activités supérieures telles que l’art, la poésie et la littérature.
  • via l’ancrage où nous cherchons des points de référence et construisons des murs autour des idées et vivons par elles comme une religion.
  • via la distraction en recherchant en permanence de nouvelles impressions et expériences.

Le marché ne cesse de croître

C’est cette envie de distraction, mais aussi d’isolement, loin de la misère quotidienne, qui est à la source de tous ces succès. Cela indique donc que les conteurs qui créent des mondes virtuels ont un avenir toujours plus grand. Il y a toujours de plus en plus de personnes atteintes de troubles mentaux dans le monde, qui ont une grande peur de l’avenir.

Il est d’autant plus regrettable que nous ayons largement perdu le lien avec la réalité et que les écrans doivent aujourd’hui nous procurer ce bonheur temporaire. Il est difficile d’ignorer la zombification de la société actuelle, avec une addiction toujours plus grande à nos écrans.


Xavier Verellen est un auteur et un entrepreneur (www.qelviq.com)

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20