Le PDG de Google défend les embauches massives pendant la pandémie : « Nous avions pris des décisions qui correspondaient à nos prévisions de croissance »

Sundar Pichai, PDG d’Alphabet (la société mère de Google), a donné plus de détails sur les restructurations de son entreprise lors d’une réunion. Le géant de la technologie a annoncé la semaine dernière que 12.000 personnes allaient perdre leur emploi. Cette vague de licenciements intervient alors que l’entreprise a embauché de nombreuses personnes pendant la pandémie de coronavirus.

Pourquoi est-ce important ?

Presque tous les géants de la technologie ont annoncé ces derniers mois qu'ils allaient licencier un nombre important d'employés. La hausse des taux d'intérêt et les sombres perspectives économiques obligent ces entreprises à se serrer la ceinture.

Dans l’actualité : Pichai a défendu la décision d’Alphabet d’embaucher en masse pendant la pandémie lors d’une réunion, que le site d’information CNBC a pu écouter. Il est vrai que cela a contribué à ce que 12.000 employés prennent la porte aujourd’hui.

  • « 2021 a été l’une des meilleures années de l’histoire de notre entreprise », a-t-il déclaré. « Le chiffre d’affaires avait augmenté de 41 %. Pour accompagner et alimenter cette croissance, nous avons alors embauché des personnes supplémentaires. »
  • M. Pichai a ajouté qu’Alphabet partait du principe que cette croissance allait se poursuivre. « Dans ce contexte, nous avons pris certaines décisions qui auraient pu être justes si les tendances s’étaient poursuivies. Supposons que ce soit le cas, nous aurions perdu du terrain face à nos concurrents sans embauche supplémentaire ».

Le secteur technologique subit des vagues de licenciements

Pas unique : d’autres entreprises technologiques ont également bien réussi pendant la pandémie, ce qui a entraîné des recrutements massifs. Conséquence : elles réduisent maintenant aussi le personnel.

  • Jack Dorsey, l’ancien CEO et cofondateur de Twitter, a été l’une des premières personnalités du secteur de la technologie à admettre l’an dernier qu’il avait embauché trop de personnes pendant la crise sanitaire, qui a beaucoup profité au secteur technologique. Il a tenu ces propos peu après qu’Elon Musk ait annoncé qu’il licenciait la moitié du personnel de Twitter. « Je suis responsable de la situation dans laquelle tout le monde se trouve actuellement. J’ai développé l’entreprise trop rapidement. Je m’en excuse », a-t-il ajouté.

Période difficile : après plusieurs années prospères, les entreprises technologiques s’inquiètent de ce que l’avenir leur réserve.

  • Maintenant que la pandémie est terminée (en Occident), la demande de solutions technologiques a fortement diminué. Nous retournons au bureau et faisons plus d’activités à l’extérieur. En outre, nous faisons davantage attention à nos dépenses en raison de l’inflation galopante.
  • Les hausses de taux d’intérêt des banques centrales jouent également des tours au secteur des technologies. En conséquence, les investisseurs abandonnent ces actions pour des actifs moins risqués et la dette de ces entreprises devient plus lourde.
  • Dans les semaines à venir, de nombreuses entreprises technologiques vont présenter leurs résultats. Aujourd’hui, c’est le tour de Microsoft et demain, ce sera au tour de Tesla.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20