L’ambassadrice de l’espace Nancy Vermeulen à propos de la Chine : « S’ils continuent au rythme actuel, ils peuvent vraiment réaliser de grandes choses »

Nancy Vermeulen, ambassadrice de l’espace et « entraîneuse d’astronautes privés », a déclaré à Business AM Radio que la Chine et les États-Unis sont engagés dans une nouvelle aventure spatiale.

Pourquoi est-ce important ?

Au cours des dernières années, la Chine a rapidement développé un programme spatial. Dans les décennies à venir, il est possible que le pays dépasse même les États-Unis, qui sont actuellement de loin les leaders de la course.

L’actualité : La Chine et les États-Unis envisagent de rester « en permanence » sur La Lune et d’y construire des stations pour exploiter les ressources, selon Vermeulen.

  • « Celui qui a la suprématie dans l’espace a aussi la suprématie sur Terre. Toutes les orbites des satellites entre la Terre et la Lune sont très intéressantes à contrôler. » En effet, dans n’importe quelle guerre, il serait alors facile de neutraliser les équipements de communication et de navigation de l’adversaire, explique la spécialiste.
  • Mais l’angle militaro-stratégique n’est pas le seul. Après tout, la Lune abrite également un certain nombre de ressources, telles que des métaux de terres rares et de l’hélium-3.
  • Les métaux des terres rares sont utilisés, entre autres, pour fabriquer les batteries des voitures électriques. L’hélium-3, quant à lui, pourrait servir de combustible pour les futures centrales à fusion nucléaire.
  • « L’eau sur la lune est aussi très importante », poursuit Nancy Vermeulen. Cette dernière pourrait être convertie sur place en carburant pour fusée, hydrogène et oxygène, afin de « poursuivre le voyage vers des astéroïdes ou Mars ». De grandes quantités de ressources se trouvent par ailleurs sur ces astéroïdes, tandis que la Chine et les États-Unis souhaitent à terme effectuer un atterrissage habité sur la planète rouge.

La Chine peut-elle conquérir la Lune ?

À noter : Bien que le chef de la NASA, Bill Nelson, ait récemment averti que la Chine pourrait revendiquer la Lune, l’ambassadrice affirme que cela ne sera pas réalisable si facilement.

  • « Il existe un traité rédigé en 1967, le traité sur l’espace extra-atmosphérique, qui stipule qu’aucune nation ne peut revendiquer la Lune. » Les déclarations de M. Nelson sont de pures inepties, assurent des personnes de l’industrie spatiale chinoise.
  • Néanmoins, le premier pays qui pourra construire une base sur la Lune (et ses alliés) bénéficiera d’un avantage sur la concurrence. Bien malin qui pourra dire de qui des États-Unis ou de la Chine sera ce premier pays.
  • « Ils ne montrent pas très bien leurs cartes, mais les choses bougent très vite en Chine », assure Vermeulen. Après avoir été exclu de la station spatiale internationale (ISS), par exemple, la Chine a construit sa propre station, Tiangong (Palais céleste).
  • Ces dernières années, la Chine a également été en mesure de faire atterrir des rovers sur la Lune et même un sur Mars. Bientôt, le pays enverra aussi dans l’espace le Xuntian (Observateur de l’esapce), un télescope spatial similaire à Hubble. Cependant, le Xuntian aura un champ de vision beaucoup plus large.

Progression des États-Unis

L’état des lieux : Les États-Unis, quant à eux, ont déjà effectué un premier vol d’essai du lanceur qui devrait envoyer des astronautes sur la Lune dans quelques années, le Space Launch System (SLS).

  • Cette fusée ne sera pas utilisée pour une mission habitée vers le corps céleste – la mission Artemis III – avant 2025 au plus tôt. Elle sera suivie de plusieurs autres missions habitées d’Artemis vers la surface.
  • Les États-Unis, ainsi que leurs alliés, construiront par ailleurs une station spatiale en orbite autour de la lune, la Lunar Gateway. Il s’agira d’une escale pour les astronautes avant qu’ils ne poursuivent leur voyage avec un atterrisseur lunaire de SpaceX, la société spatiale d’Elon Musk.
  • À terme, les missions Artemis devraient faciliter la construction d’une base lunaire. La Chine souhaite également construire une station habitée sur le corps céleste dans les années 2030.

RVW

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20