L’hiver crypto sera long : le désastre de FTX lance un mouvement de panique, mais le plus grand danger est ailleurs

La faillite de FTX, l’une des plus grandes plateformes d’échange de cryptomonnaies, qui bénéficiait d’une totale la confiance de la communauté crypto, amène un vent de panique sur d’autres plateformes. Si l’avenir des cryptomonnaies n’est pas vraiment remis en cause, beaucoup d’observateurs s’accordent à dire qu’elles vont faire une marche arrière de plusieurs années. Mais le plus grand danger est ailleurs : la régulation.

Pourquoi est-ce important ?

À chaque krach sur le marché des cryptomonnaies, les opposants pour qui les cryptomonnaies ne reposent sur rien sortent du bois : la bulle va exploser, estiment-ils, sans surprise. Mais avec la faillite de FTX, certains défenseurs de longue date des cryptos commencent à douter. Un véritable mouvement de panique est en cours.

Dans l’actu : FTX n’est pas la seule plateforme d’échange en difficulté.

  • C’est la panique. De nombreux investisseurs se pressent pour retirer leurs billes. En conséquence, plusieurs plateformes d’échange connaissent des problèmes de liquidité et ferment temporairement.
  • Ce n’est pas très compliqué à comprendre : comparez cette situation avec la crise bancaire et financière de 2008-2009, les Grecs se précipitaient aux guichets des banques pour retirer leur argent à temps. Certaines institutions ont été contraintes de fermer temporairement leurs portes.
  • Après le désastre de FTX, qui n’est rien de plus qu’un vol organisé par son fondateur, Sam Bankman-Fried, d’autres plateformes voient leurs clients se précipiter pour retirer leurs pions. C’est le cas de AAX, BitCoke ou encore de Crypto.com, la 10e plateformes d’échange de cryptos la plus importante au monde, basée à Singapour. Le volume quotidien de Crypto.com s’est effondré, passant de 5 milliards de dollars par jour en mai dernier à 278 millions de dollars sur 24 heures ce lundi. 
  • Crypto.com tente de rassurer les investisseurs, avançant un « bilan très solide ». La plateforme doit montrer qu’elle détient les actifs de ses clients, et qu’ils ne sont pas envolés dans des paris risqués, à l’instar de FTX.
  • CZ, le patron de Binance, la plus grande plateforme de cryptomonnaies, encourage ses concurrents à faire preuve de transparence, en publiant leurs adresses, pour montrer la santé de leur entreprise et leurs avoirs en cryptomonnaies. C’est ainsi que Binance dit détenir plus de 71 milliards de dollars d’actifs au cours actuel des cryptomonnaies.

L’avenir proche : les cryptomonnaies se préparent à recevoir un nouveau coup sur la tête.

  • JP Morgan prévoit une autre chute de 25% pour le bitcoin, la première des cryptomonnaies, qui influence toutes les autres dans son sillage. En un an, le bitcoin a perdu 75% de sa valeur.
  • La panique actuelle n’en est pas la cause unique : la politique des banques centrales, qui met en place des hausses des taux d’intérêt en vue de refroidir l’économie, réduit les liquidités. Les cryptomonnaies, comme les actions, en sont les premières victimes.
  • Moins d’argent disponible signifie plus d’aversion au risque : les investisseurs se dirigent vers les actifs plus sûrs, ce qui n’est bien sûr pas le cas des cryptos. Cette tendance devrait perdurer l’année prochaine, prévoit JP Morgan.

L’avenir lointain : les acteurs institutionnels croient toujours aux cryptos, mais voient un autre grand danger à l’horizon.

  • La technologie qui sous-entend le bitcoin reste une technologie prometteuse. Les grands investisseurs ne pensent pas qu’on en ait fini avec les cryptos.
  • C’est le cas d’Ark Invest, le fonds d’investissement géré par Cathie Wood, qui ne nie pas que le drame de FTX a sérieusement écorné l’image des cryptos, mais qui voit plutôt cette séquence comme une marche arrière plutôt qu’un arrêt définitif : « À notre avis, l’insolvabilité de FTX est l’un des événements les plus dommageables de l’histoire de la crypto », a déclaré ARK dans un bulletin d’information. « Cela pourrait retarder l’adoption de la crypto de plusieurs années et peut-être donner aux régulateurs une licence pour prendre des mesures draconiennes. »
  • Ark Invest pointe en fait le plus grand danger qui se dresse face aux cryptos : la volonté des régulateurs de mettre des règles strictes sous prétexte de protéger les petits investisseurs. Soit tout l’inverse du combat originel des cryptos : la décentralisation.
  • De son côté, Elon Musk, qui n’est sans doute pas la voix la plus fiable en ce moment mais qui reste l’homme le plus riche du monde, ne croit pas en la fin des cryptos : « Le bitcoin va y arriver, mais il pourrait connaitre un hiver très long ».
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20