De TikTok à la cocaïne : nous devenons tous des zombies accros au divertissement

‘Here we are now, entertain us!’, chantait Kurt Cobain de Nirvana, lançant l’hymne de l’économie du divertissement. Aujourd’hui, bon nombre des plus grandes entreprises tentent presque constamment de combler notre temps libre, mais les barons de la drogue tirent également profit de cette évolution. Il semble que notre cerveau soit constamment attaqué par des impulsions artificielles qui produisent toutes de la dopamine. De Tik Tok à la cocaïne, il n’y a qu’un pas.

Cela vous a-t-il frappé de lire partout des articles selon lesquels plus personne ne veut travailler, que les gens s’endorment avec des drogues et que les réseaux sociaux remplissent nos cerveaux d’informations et de vidéos inutiles ? Que tout-ceci, d’ailleurs, n’est pas toujours innocent et a des conséquences mortelles, comme l’a démontré la guerre contre la drogue ? Le penseur israélien Yuval Harari nous décrit comme des « zombies qui ne vivent plus dans la réalité quotidienne. »

Aujourd’hui, toutes les activités semblent être axées sur le divertissement, pour tenter d’échapper à la réalité. Une sorte d’évasion qui nous éloigne des choses simples et ordinaires de la vie.

Les drogues sont un divertissement

Lorsqu’il n’y a pas de drogue, les fêtes semblent incomplètes. Et il n’y a rien de mal à faire une bonne fête, mais ces substances sont tout sauf sans conséquences. Pourtant, les « drogues dures » sont devenues un divertissement innocent. Elles ne sont pas censées faire de mal à qui que ce soit.

De nombreux observateurs invitent les acteurs de la « guerre contre la drogue » à prendre leurs responsabilités. Chaque fois que l’on sniffe une ligne, on crée de la violence dans les favelas d’Amérique du Sud et de plus en plus dans notre propre pays également. Il suffit de voir ce qui se déroule à Anvers et à Bruxelles. Nous assistons tous à la dérive de la « guerre contre la drogue », comme si nous ne pouvions rien y faire et que cela arrivait, tout simplement.

Gagner de l’argent est un divertissement

En outre, de nouvelles applications telles que Robinhood créent une culture dans laquelle il semble que le travail ne soit plus nécessaire. Gagner de l’argent ne nécessite ni discipline ni dévouement, dit-on, et cela ne coûte rien. Tout ce que vous avez à faire est de swiper et de taper sur un écran et le jackpot arrive. La gamification est désormais entrée dans le monde financier.

Le mouvement « FIRE » s’inscrit parfaitement dans cette culture. Celui-ci part du principe qu’il faut jouer un peu sur les crypto, les actions et les memestocks pour devenir incroyablement riche et prendre une retraite anticipée. « FIRE » signifie « Financial Independence, Retire Early » (indépendance financière, retraite anticipée). Cependant, il y a une réelle chance que pour la majorité, l’expérience se révèle stérile. Il n’y a pas de miracles.

Le shopping est un divertissement

Et puis il y a la mentalité du « maintenant, maintenant, maintenant » qui nous a habitués à la « gratification instantanée ». Dans ce monde, tout est disponible instantanément en appuyant sur un bouton.

Les PostNL, Zalando et bol.com de ce monde ont fait en sorte que nous ne devons plus attendre quoi que ce soit. Tout est à portée de clic. L’improbable folie de tout livrer en 24 heures nous a rendus accros à ce genre de services.

L’idée que tout est disponible tout de suite affecte également la façon dont nous envisageons le reste de notre vie. Alors qu’il fallait autrefois une trentaine d’années pour se construire une carrière décente, de nombreux travailleurs partent aujourd’hui du principe que cela peut se faire en trois ans. La désillusion qui s’ensuit, lorsqu’il s’avère que ce n’est pas le cas, est l’une des raisons de la démotivation, du burn-out et du stress.

Le travail est un divertissement

Les exemples abondent. Aujourd’hui, c’est devenu un privilège d’être bien servi dans les magasins ou au téléphone. De nombreuses personnes n’osent ou ne veulent plus décrocher. Les employés préfèrent fixer leur écran alors que vous êtes debout dans leur boutique en attendant leurs conseils. Même au travail, on ne peut et on ne veut plus nous concentrer uniquement sur nos tâches. On veut distrait.

Les vendeurs ne constituent pas une menace pour notre vie, mais les employés des parcs d’attractions, par exemple, si. Wessel Wit, spécialiste des parcs européens, attribue le nombre croissant d’accidents dans les parcs – notamment sur les montagnes russes – à la nonchalance des employés, qui ont du mal à se concentrer.

Le nouveau phénomène de « quiet quitting« , qui prend TikTok d’assaut, entre dans la même logique. Un terme qui indique que les employés veulent en faire juste assez pour éviter d’être licenciés. Pas idéal pour le client.

‘Here we are now , do not entertain us even more’

Presque toutes les entreprises sont prises dans le manège de l’économie du divertissement et contribuent à cette zombification. Et elles devraient réfléchir à ce que leurs activités entraînent.

Mais nous avons également un rôle à jouer. Les gens ont besoin de se détendre. La question est toutefois de savoir si tout cela ne devient pas incontrôlable et si chacun d’entre nous doit prendre ses responsabilités. Pour que Netflix, Tik Tok, Instagram et les barons de la drogue ne dominent pas encore plus nos vies.


Xavier Verellen est un auteur et un entrepreneur. Il est propriétaire de la société de conseil PaloAlto33 (www.paloalto33.be) et de la société à grande échelle QelviQ (www.qelviq.com).

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20