Ce que Roberto Martinez aurait pu apprendre de Musk, Churchill et des Red Lions

Devenir champion du monde n’est pas simple. C’est un défi aussi énorme que de construire une voiture électrique ou devenir champion olympique, mondial et européen en tant que petit pays, au hockey. Vaincre la Russie ou même l’Allemagne nazie : tous des objectifs fondamentalement impossibles et inatteignables. Comment se fait-il qu’ils y parviennent et que nous restions sur notre faim chaque fois qu’il s’agit des Diables Rouges, alors qu’au début de cette décennie, nous avions notre meilleure équipe nationale de tous les temps ?

Les performances de Musk dépassent les attentes

Elon Musk parvient à obtenir des résultats, bien que les critiques le qualifient de leader toxique. On ne répétera jamais assez que la création d’une entreprise automobile ayant l’attrait de Tesla et une telle valorisation boursière est de loin la réalisation industrielle la plus compliquée depuis le début de la révolution industrielle. Mais comme si cela ne suffisait pas, il en a réalisé une autre, plus compliquée encore : SpaceX, avec laquelle il a réussi à devenir le fabricant de fusées numéro 1. Et tout cela en partant de rien. C’est du jamais vu. Il tire littéralement tout ce qu’il peut de son personnel et de ses propres finances.

Afbeelding met tekst, computer, persoon, elektronica

Automatisch gegenereerde beschrijving
Elon Musk devant son ordinateur en 2004, poursuivant son rêve de lancer une fusée vers Mars (Paul Harris/Getty Images)

Martinez ne répond pas aux attentes

Martinez, en revanche, est un leader qui n’a pas commencé avec n’importe quoi, à savoir avec les meilleurs joueurs jamais réunis dans une équipe nationale belge. En fait, en définitive, il s’en est vraiment très peu sorti. C’est douloureux à observer et tellement regrettable, car avec un entraîneur de haut niveau et une version plus jeune de Vincent Kompany, nous serions probablement devenus Champions du monde. Mais ça n’a pas marché.

Un entraîneur de haut niveau est comme un PDG, qui doit diriger une entreprise, inspirer son groupe et c’est là que le bât blesse. Elon Musk inspire, comme le fait Zelensky, tandis que Martinez ressemble davantage à un vendeur rusé. Les deux premiers respirent l’authenticité, tandis que Martinez est toujours en train de faire la communication.

Le vrai leadership commence par une vision et un BHAG.

Tous ceux qui continuent de travailler pour Musk croient au plus profond de leur âme au grand objectif. Il peut s’agir de fabriquer des voitures électriques pour réinventer le secteur automobile ou de construire des fusées pour aller sur Mars. Musk parle toujours des BHAG, un terme tiré du best-seller From Good to Great de Jim Collins.  Les BHAG (Big Hairy Audaciaus Goals) sont des objectifs qui semblent inatteignables, mais qui sont réalisables si vous y croyez et si vous travaillez jour et nuit pour les atteindre.

Le meilleur exemple est celui de SpaceX

Dolly Singh, l’ancien « Head of Talent Acquisition » – autrement dit, le directeur des ressources humaines – de SpaceX, décrit une scène qui illustre parfaitement ce que signifie le leadership dans les moments difficiles. Elle a eu lieu après l’échec de la troisième tentative de lancement d’une fusée le 2 août 2008. Pendant des mois, une équipe de centaines d’ingénieurs a travaillé littéralement jour et nuit, et le résultant n’a abouti à rien. Tout paraissait terminé. Mais Musk s’adresse à son équipe après cet échec.

Il leur fait comprendre qu’ensemble, ils ont déjà accompli plus que la plupart des pays n’ont jamais fait. Qu’il a trouvé de l’argent pour sponsoriser un autre vol. Que chacun doit se tenir droit et qu’il n’abandonnera jamais. « Pour ma part, je n’abandonnerai jamais. Si tu restes avec moi, nous allons gagner ». Dolly a dit que son équipe serait allée en enfer avec lui s’il l’avait demandé. Le lendemain, tout le monde s’est remis au travail, jour et nuit. 7 semaines plus tard, le 28 septembre 2008, le premier vol réussi était une réalité. Quelque chose qui aurait pris 7 ans à la NASA ou à l’ESA.

Afbeelding met persoon, donker

Automatisch gegenereerde beschrijving
Dolly Singh, responsable des ressources humaines de SpaceX à ses débuts (David Paul Morris/Bloomberg via Getty Images)

Dolly Singh a dit : « Vous prenez le mauvais en plus de toutes les incroyables punitions que vous vivez avec lui. Rien ne vient sans rien. » Musk n’est jamais satisfait de lui-même et jamais satisfait de ses employés. Dolly Singh affirme que cela valait la peine de verser du sang, de la sueur et des larmes pour que les choses se réalisent. Jeff Hammerbacher, un ancien employé, assure qu’Elon est TOUJOURS à la recherche d’une histoire plus grande, d’un objectif tellement plus grand que lui-même.

Churchill et Zelensky ont également fait un rêve

Si vous voulez atteindre un objectif qui est virtuellement impossible, vous devez vraiment être d’un autre calibre. C’est ainsi que Churchill a mentalement armé son pays pour lutter contre le plus grand ennemi que les Britanniques n’aient jamais rencontré sur le champ de bataille : le régime nazi d’Hitler. Il n’a pas fait de fausses promesses le 10 mai 1940, mais a proclamé une vision à laquelle toute une nation se rallierait : « Je n’ai rien à offrir que du sang, du travail, des larmes et de la sueur. », a-t-il expliqué. Cette croyance en un but supérieur est la principale raison pour laquelle les Britanniques ont vaincu les Allemands.

C’est aussi ce que Zelensky offre à son peuple en Ukraine. Un peu plus que l’honneur de la patrie pendant que Poutine promet le paradis à ses troupes. Cette vision et cette volonté suffisent à déplacer des montagnes. C’est ce qui rend le peuple ukrainien si résistant face à l’agresseur russe.

Ce que Martinez aurait dû dire en 2018 

Que ce serait-il passé si Martinez était entré dans le vestiaire après la défaite contre la France en demi-finale de la Coupe du monde en Russie – il y a plus de quatre ans – avec le dynamisme d’Elon Musk après l’échec du lancement de sa fusée ? Et s’il avait dit qu’ils allaient maintenant travailler très dur pendant quatre ans parce que cette troisième était totalement insuffisante. Que tout le monde devrait se lever chaque jour avec ce rêve gravé sur le front. Qu’ils feraient cela parce que devenir champions du monde restera dans leur mémoire pour toujours et sera le point culminant de leur carrière, peut-être même de leur vie. Pour ce seul objectif, tout doit être cédé, tout doit être sacrifié. S’il avait dit ça, nous aurions pu le devenir pour la première fois.

Roberto Martinez sur la Grande-Place de Bruxelles après avoir terminé troisième de la Coupe du monde 2018 en Russie (Yves Herman/Royal Belgium Pool Getty Images).

Le grand exemple à proximité : les Red Lions

Une utopie ? Non, pas du tout. Il y a une équipe en Belgique qui a vécu comme ça. Lorsque les hockeyeurs belges ont perdu après une brillante performance en finale des Jeux olympiques de Rio 2016, ils se sont relevés et sont quand même devenus champions olympiques quatre ans plus tard, même s’ils devaient tout laisser derrière eux et s’entraîner encore plus dur pour y parvenir.

Ce BHAG, ce grand objectif, ils l’ont toujours eu en ligne de mire et pour cela, ils étaient prêts à tout, même après avoir gagné l’argent à Rio. Ils se sont redressés et ont foncé encore plus vite.

Ce faisant, ils ont été guidés par cet humble leader, Felix Denayer, qui ne tolérait aucunement la médiocrité, mais faisait valoir son point de vue à la manière nouvelle des grands leaders, sans prétention, mais avec détermination. Nous n’oublierons jamais ses commentaires d’après-match, après la victoire des Red Lions sur une superbe équipe néerlandaise, à Tokyo, en phase de poule. « Il faut que ce soit mieux. Nous sommes à 90%« .

Cela reste, jusqu’à présent, la meilleure performance d’équipe de l’histoire du sport belge par une génération talentueuse – mais pas du niveau des Diables Rouges – alimentée par le feu sacré, qui a tout fait pour atteindre le seul objectif qu’elle s’était fixée.

(Foto: Gerrit van Keulen/BSR Agency/Getty Images)

Ce que Martinez aurait dû dire après chaque victoire

Imaginez encore que Martinez, au lieu d’être le positif joyeux après chaque victoire, ait dit à ses troupes qu’elles peuvent encore faire mieux, qu’elles ont tout en elles pour battre tout le monde, mais qu’elles doivent se battre très fort pour cela. Et que de temps en temps, il se remettait aussi en question et se demandait comment il pourrait faire mieux.

C’est de ça qu’il s’agit. Déclarer un grand rêve presque irréalisable et se lancer à fond dans sa réalisation. Ne pas se contenter de la médiocrité ou même des meilleures performances. Ce n’est pas pour tout le monde, mais nos Diables Rouges ont aussi le droit de se dépasser de temps en temps. Il n’y a rien de mal à cela. Maintenant, trouvons rapidement un nouvel entraîneur national. Le blâme contre le Maroc est le point culminant d’une équipe qui se contente de trop peu.


Xavier Verellen est un auteur et entrepreneur. Son récent livre « Top athletes are CEOs », qui montre que le leadership fait la différence entre les champions et les superchampions, est en vente à la librairie Standaard ou en ligne sur https://topsporterszijnceos.businessam.be/.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20